Shanghai, la Mission (presque) impossible !

Nous voilà enfin arrivés à Shanghai, je dois avouer que j’étais très excité à l’idée d’arriver dans cette métropole de plus de 20 millions d’habitants (donc en 2 semaines on a vu en deux villes l’équivalent de 2/3 de la population française) !
Je m’imaginais les gratte-ciels et une ville tentaculaire, aux 1000 merveilles à visiter….
Et il a plu. Mais du genre beaucoup…
Et il faisait chaud….
Du genre 40° avec 246% d’humidité, le truc qui te colle bien à la peau et te fait suer en sortant de la douche. Bref, on n’était pas en situation idéale pour visiter la ville !
On a quand même tenté d’avancer.

 Jour 1 : Temple Jing’an et le Musée de Shanghai

On est donc partis dès le premier jour visiter un magnifique temple (l’un des seuls de la ville d’ailleurs) situé au milieu des buildings sans fin et des centres commerciaux de luxe à quelques hectomètres de la concession française. Il s’appelle le Jing’an temple et a donné son nom à la station de métro le desservant.

L’entrée assez imposante du temple Jing’an

Il se visite en une grosse heure et on peut y voir encore des moines officier. De nombreux fidèles, eux, viennent y prier avec les classiques bâtons d’encens. La particularité de ce temple est sa tour centrale où, évidemment, les gens se précipitent pour jeter une pièce dans son orifice (calmez-vous) !
Des petites pièces sont ouvertes sur les côtés pour y admirer les différentes versions de Bouddha et les décorations (très légères) sur les murs. Au-dessus de l’entrée, on pourra admirer des gardiens du temple qui ont des allures de guerrier et qui peuvent être vénérés également.

Ca te dit on se met de l’huile ?

On quitte donc le temple pour faire une première approche près du Bund. Cette approche s’avèrera être un échec cuisant en raison des conditions météos totalement déplorables ! Brocouilles, nous décidons de nous abriter en rejoignant un autre point important de la visite, le fameux musée de Shanghai.

Situé au cœur d’un parc, le sobrement appelé « Musée de Shanghai » voit s’étirer devant lui une file d’attente qui parait relativement interminable. N’ayant pas d’autres solutions pour l’après-midi, on se met donc dans cette file d’attente. Après avoir dédaigné des vendeuses de parapluies à la sauvette, on avance, 20 bonnes minutes plus tard, on passe devant un minuscule panneau nous indiquant que pour l’entrée principale, et bien NORAJ, car c’est de l’autre côté que ça se passait.
Je dois vous avouer qu’à ce moment, j’étais particulièrement jouasse..

On fait donc le tour du musée et on recommence une seconde queue (ça en fait beaucoup pour une journée) qui s’avèrera tout aussi longue et tout aussi remplie de vendeuses de parapluies. Après 14 années passées sous la pluie, on finit ENFIN par rentrer après s’être soumis aux traditionnelles fouilles aux détecteurs de métaux et compagnie et on arrive dans un hall absolument sublime où l’on découvre le musée qui semble marbré jusqu’au plafond.

Le hall faussement désert du musée de Shanghaï

On visitera notamment des collections dédiées à la porcelaine chinoise, à la monnaie et aux vêtements et autres représentations de l’art chinois qui émerveillent la planète depuis plusieurs milliers d’années. Concrètement, je n’ai pas trouvé le musée fantastique, mais au moins il ne pleuvait pas à l’intérieur :o. La nuit étant tombée, on tentera de rejoindre l’appart après s’être trompé environ 14 fois de côté en sortant du musée !

Un fort joli vase

 Jour 2 : Concession Française et boulot !

Le deuxième jour prend une tournure relativement similaire et on commence vraiment à déchanter. On tente toutefois de ressortir le nez dehors, cette fois ci équipés d’un parapluie et de nos vêtements les plus légers (si on avait pu sortir nus, on serait sortis tel quel, mais bon, apparemment ça aurait créé des complexes chez les chinois)…
On s’est donc dirigés un peu moins loin de l’appart en direction de la concession Française. Anciennement laissée par les chinois aux américains, anglais et français dans le but de développer le commerce avec l’empire du milieu, la concession française s’est fortement développée (mais quand même bien moins que les deux autres) entre la deuxième partie du XIXe et jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale.

On peut apercevoir sur la façade un encart des magasins Printemps

Ce quartier est très réputé par les locaux qui, contrairement à ce que son nom indique, n’a abrité que très peu de français mais aussi par les touristes, surtout ceux qui ont beaucoup d’argent à dépenser. On a retrouvé un grand nombre de grandes boutiques de luxes (notamment des françaises), des centres commerciaux (qui sont visiblement une spécificité chinoise : ils font tous 5 étages minimum, comportent des dizaines et des dizaines de commerces et sont souvent vides) ! Dans le quartier, on trouve également des maisons d’époque et de beaux parcs. Encore une fois, et malheureusement, la pluie ne nous a pas fait apprécier à sa juste valeur la concession et on y a passé une petite demi-journée avant de rentrer se sécher ! On s’est retrouvés à l’appartement en laissant passer l’orage jusqu’au lendemain…

Jour 3 : Bund (2), Yu Yuan et Zoo de Shanghai

Pour notre dernière journée à Shanghai, la pluie s’est enfin arrêtée, et on a pu sortir le nez hors de l’appart. Malgré encore un bon 35° et un taux d’humidité scandaleusement élevé, nous nous sommes redirigés dans un premier temps vers le fameux Bund où on a pu apprécier…. Du brouillard !

Au départ, on distinguait à peine les buildings pourtant immenssissimes du quartier d’affaires de Shanghai puis le brouillard s’est dispersé et on a failli faire une syncope sous la chaleur. #positionlatéraledeclavicule

La vue du Bund, on peine à découvrir les grattes-ciel en second plan

On est donc à nouveau rentrés dans la ville pour se mettre à l’abri et nous sommes passés par la vieille ville de Shanghai. Passé les premières rues, nous nous sommes rendus dans un jardin qui nous a réconcilié avec la ville. Il s’agit du Yu Yuan. Assez coûteux (on a lâché 40 Yuans chacun soit la bagatelle de 5€ x2). Le jardin a été un véritable havre de paix quand on était dans l’étouffement de la vieille ville, inondée de vendeurs de tout, de touristes, et de chinois évidemment !

Le jardin Yu Yuan est assez grand et permet de découvrir une autre qualité de nos amis chinois, celle de faire des jolis jardins, reposants, assez frais, et hyper relaxants. On y a bien entendu vu beaucoup de poissons de 16 mètres de longs et de toutes les couleurs, des petits ponts, des tortues enchevêtrées les unes sur les autres et quelques petits pavillons tous très bien entretenus qui ont fait du Yu Yuan un endroit qu’on a vraiment apprécié. On y a par ailleurs passé un bon moment avant d’aller casser la croûte à quelques rues. Le tarif de ce même restaurant était quand même fort entubatoire pour la qualité des mets proposés !

Au Yu Yuan, ce sont les poissons qui pêchent les hommes 😮

L’après-midi, profitant de l’enjaille et du soleil qui s’était dit qu’une apparition tous les trois jours, c’était un bon rythme, on s’est dirigé vers le zoo de Shanghai. Assez excentré par rapport au reste, il a fallu qu’on fasse une petite promenade en métro climatisé (quel bonheur amis lyonnais !) avant d’arriver devant l’entrée complètement déserte du zoo. En pleine semaine, on a eu la chance d’éviter la foule probable des weekends et des enfants heureux de voir les jolis animaux !

Le zoo en lui-même est plutôt bien entretenu et l’ensemble des enclos paraissent assez grands. On a toutefois vu des animaux bien écrasés par la chaleur et certains secteurs ne faisaient pas trop envie malheureusement. On a toutefois pu apprécier l’enclos aux pandas pour lequel une navette est spécialement mise en place par le Zoo. Nous on a marché.

Le premier panda-plumeau est au zoo de Shanghai !

C’était la première fois pour tous les deux qu’on voyait ces animaux se gaver de grandes branches de bambous et on a passé un excellent moment là-bas. On a aussi pu voir une grande variété d’animaux de tous types (ours, singes, girafes, …). En définitive, la troisième journée était de loin la meilleure qu’on a passé à Shanghai.

Au niveau de la vie nocturne, l’ensemble de nos connaissances nous avait conseillé d’aller boire un verre sur une des terrasses du Bund ou bien, plus proche de chez nous et moins coûteux, d’aller traîner du côté d’un bar à terrasse avec une vue exceptionnelle : le Kartel. On s’est donc dirigé vers ce fameux bar ! On y est resté en tout et pour tout 20 minutes ½ heure, le temps de :
– Monter les 4 étages en ascenseur en entendant parler français et allemand
– Monter directement sur la terrasse pour se rendre compte :
– Qu’il y a effectivement une très belle vue sur des buildings
– Que la terrasse ne reçoit pas de clients
– Qu’on n’a pas trouvé ça transcendant du tout
– Commander nos deux bières pour 100 Yuan #jaimal #bienvenueashangai
– Les boire
– Redescendre les 4 étages

Le bar semblait assez calme. Le fait d’être en pleine soirée de semaine n’a probablement pas aidé à la bringue, mais quand même ! On s’attendait vraiment à un lieu de vie important. On a surtout été déçu par les prix exorbitants (même si on savait qu’on était à Shanghai) et la vue, pas si folle que ça. Mauvais jour surement !

Qu’est ce qu’on mange à Shanghai ?

Au niveau de la nourriture, on a pu manger quelques fois à l’appart avec des produits européens (DES PATES) ce qui nous a donné énormément de plaisir. On a mangé également une pizza dominos de l’horreur le premier jour et un burger car le resto était juste en dessous. On a également pris quelques repas dans les restos de la ville où la qualité était assez variable, tous comme les prix.
De manière générale, plus le resto a « pignon sur rue » comme disent les djeuns, plus il est cher, et moins il vend du rêve. C’est assez commun depuis que l’on est arrivés en Chine. Les petits restos sont souvent peu coûteux et servent de la nourriture de bonne qualité.

Un déjeuner de qualité à déguster à deux pas du musée de Shanghai

Ce que l’on retire de ce passage à Shanghaï

Dans l’ensemble, on garde quand même l’impression d’un passage un peu raté sur Shanghai. Entre la météo vraiment peu clémente et des visites pas toujours excellentes, on a eu l’impression de passer trop de temps ici alors que ce n’était pas vraiment nécessaire. Les coûts relativement élevés de la vie en raison de la grosse population d’expatriés n’ont pas amélioré le tableau général. On a au final pas eu trop de regrets en prenant le train pour notre destination suivante : Hangzhou.
On a également beaucoup moins ressenti l’histoire de la ville. Elle en a certes bien moins que Pékin et Xi’an en raison de leur passé ou présent glorieux mais quand même… On reste un peu mitigés dans l’ensemble.
Notre Airbnb était très convenable dans l’ensemble mais ressemblait un peu à ce qu’on retiendra de Shanghai. Peu de brassage (on n’a pas rencontré notre hôte, le coloc a passé très peu de temps avec nous), très grand, coûteux et sans « âme ». Ça me rappelle le Parc OL au fait

A ce jour, c’est la destination que l’on recommanderait le moins en Chine ! Surement un mauvais moment pour nous qui entamions alors notre 3e semaine en Chine. On s’était habitué à une Chine plus « traditionnelle » et peut être moins tournée vers l’extérieur comme Shanghai peut l’être.

Partager c'est gagner !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *