La région de Sydney, les Blue Mountains et tutti quanti

A Sydney, faites ce qu’il vous plaît

27 février 2018
Le temps s’est dégagé, alors on en profite pour se lever « tôt » et partir découvrir le coin de Newtown, à l’ouest de Sydney. Ce quartier, très coloré et branché « bohème », est connu pour ses façades colorées et ses ruelles pleines d’oeuvres de street art. Pour l’occasion, on a même décidé de s’habiller comme des citadins, avec nos seuls habits potables du voyage. Ambiance de vandale !

 

 

 

Sur les internet, vous pouvez trouver de nombreux circuits pour voir les oeuvres les plus connues. On a donc suivi un petit sentier, avant de finir par se perdre dans les rues et vagabonder sous le soleil.

 

 

Ici, même les murs des restaurants et des commerces se sont mis au street art ! La balade est très agréable, il fait beau, on ne tardera pas à s’arrêter dans un bistro pour déjeuner. Au retour, on longe quelques maisons aux façades plutôt jolies aussi, et on fait une halte dans un parc. Pas mal de gens sont en train de pique niquer ou promènent leur chien. On a bien aimé Newtown, et on vous le recommande pour son ambiance relax & chill (comme disent les jeunes) !

 

 

 

En début d’après midi, on reprend le métro pour le centre de Sydney. Cette fois, on prend de la hauteur pour aller se balader au Botanic garden. Le parc, immense, accueille notamment un cours de peinture sur son immense pelouse à l’entrée ! 

 

 

 

On y flâne un peu, on croise des cactus, des fleurs, des canards… On grimpe jusqu’au point de vue, où on a un panorama plutôt pas degueu de la ville, comme vous pouvez le constater :

 

On passera aussi par le fameux « Miss Macquarie lookout », qui est une point de vue juste au bord de l’eau, où sont regroupés quelques badauds chinois (tiens, ils nous avaient manqué !).

 

 

 

En redescendant, on longe le point d’eau et on continue à pied jusqu’à l’Opéra. Cette fois, on y est, on la voit, on peut la toucher ! Rien que l’architecture extérieure est impressionnante, et sa localisation, proche de l’eau, attire un grand nombre de passants qui viennent profiter du soleil sur les terrasses voisines.

 

 

Au passage, on craque et on achète deux billets pour un spectacle en fin de semaine ! Bon, on se rassure, on a pris les places « mange-quignons », et c’est plutôt pour un spectacle de danse que pour un opéra. Mais, quand même : on va aller voir un show à l’Opéra de Sydney, un de mes rêves ! Ca vaut bien un petit check sur la « to do list », non ?

 

 

A 18h30, on ne traîne plus, puisqu’on a rendez-vous dans le quartier chic et résidentiel de Darling Harbor. On y retrouve Val et Boris, des copains de longue date de Julien, des petits stéphanois exilés à Sydney (comme quoi, il y a encore de l’espoir pour nos amis de la mine) (au cas où vous n’aviez pas compris, c’est Marghe qui écrit ce post) . On passera avec eux une soirée bien sympa, à profiter de l’air marin en terrasse avec moultes bières. 

 

 

Les Blue Mountains, acte II

28 février 2018
Cette fois-ci, c’est la bonne ! On enfourche notre fier destrier, le Vanucci, et nous voilà partis à nouveau pour les Blue Mountains. On arrive en fin de matinée et, miracle ! On voit à plus d’un mètre devant nous. Encore mieux, le ciel est d’un beau bleu, sans nuages. On attaque donc sans plus tarder la fameuse rando qu’on a loupé lors du premier passage

 

 

On commence notre périple au spot de Scenic World, dans la ville de Katoomba. Bon, il fait beau donc les touristes sont là, mais ça ne gâche rien au spectacle !

 

 

Petit à petit, on arrive au fameux point de vue des Three Sisters : et guess what, cette fois-ci, on les voit, elles sont bien là !

Après un pique nique bien sympa au bord des collines, on poursuit notre chemin en passant devant des cascades, des points d’eau et des lookouts tous plus beaux les uns que les autres, comme le Honeymoon lookout. 

 

 

 

Pour le coup, on est vraiment sous le charme : le petit nuage bleuté au dessus des montagnes est bien là, et confère aux paysages une allure vraiment magique. Apparemment, cet effet bleu serait du à l’évaporation des feuilles d’eucalyptus. Malgré l’eucalyptus, on est trop hauts pour croiser des koalas. Alors on se rabat sur les oiseaux et papillons de toutes les couleurs qui, pas farouches, viennent se poser à côté de nous. 

 

 

 

Dans l’après midi, après une petit séance de stop pour se faire poser à la voiture (ils sont sympas, ces australiens), on retourne à notre camping chrétien de l’épisode 1, pour une petite pause apéro – coucher de soleil bien méritée.

Des falaises et des hommes

1er mars 2018
Après une bonne nuit de repos, nous voilà repartis sur la route. En effet, le timing est short, et nous ne pouvons pas nous permettre de rester plus longtemps aux Blues mountains (snif). Mais, on n’arrête pas là les belles choses, car on file au Royal National parc, à une petite heure de Sydney. 
En arrivant, l’heure est déjà bien avancée (hé oui, les distances sont pas si courtes quand même en Australie), alors on file directement à l’office de tourisme pour avoir des conseils sur notre itinéraire de l’après midi. Une fois notre carte en main, on profite d’une pause pique nique au bord du lac, à laquelle s’inviteront une demi-douzaine de canards gras comme des loukoums, qui auraient bien partagé notre goûter (quand on vous dit que les animaux ici sont fous !).

 

 

Après avoir repris des forces, on se dirige à Wattamola, d’où part le chemin de rando que nous allons suivre, sur les conseils avisés de la gentille dame de l’office.

 

 

Bon, on ne va pas se mentir : cette randonnée d’1h30 / 2h, on a passé la première demi-heure à se dire « mais c’est à ch*er ». En effet, on passe sur un long (looong) chemin au milieu des arbres, où il n’y a…rien à voir. MAIS, en éternels optimistes, nous ne perdons pas espoir et au bout d’un moment on finit par en voir le bout : et quel bout ! On se retrouve en effet au bord de la mer, au dessus d’une falaise, avec un point de vue (encore une fois) absolument fou.

 

 

 

Rien que la couleur des roches et de l’eau est folle. Il y a pas mal de vent, mais il fait chaud, alors on reste un long moment admiratifs, à observer la mer (mais pas de dauphins en vue cette fois, on ne peut pas être chanceux à tous les coups !).

 

 

 

 

On poursuit le chemin jusqu’à ce que la descente vers les plages commence. A ce moment là, on décide de faire demi tour, et surprise ! On croise deux copains instagrameurs sur la route, Céline et Mathieu, avec qui on s’arrête un peu pour papoter (big up à eux qui sont rentrés !).
Après ça, on ne traîne pas car on doit faire un détour Walmart (ahhh, la joie de retrouver des supermarchés) et revenir jusqu’à notre camping en dehors de Sydney.

 

2 mars 2018

Aujourd’hui, c’est vendredi, et c’est ce soir on va à l’Opéra, alors pour ma part je suis excitée comme une puce ! Mais en attendant, on calme nos nerfs en profitant d’une matinée tranquilou au camping, pour se mettre un peu à jour sur les internet et pour travailler.

Dans l’après midi, on retourne dans le centre pour se balader dans le Queen Victoria building, un monument (dans tous les sens du terme) à Sydney. Rien que le bâtiment en lui même est magnifique !

On résiste à tous ces petits salon de thé avec leurs gâteaux qui nous font de l’oeil (bon, on a vu les prix aussi :o), et on retraversa la ville pour retourner au quartier de Darling Harbour, où on voulait aller visiter les Chinese gardens. On voulait, ouais… Car à notre arrivée c’était déjà fermé ! Il faut savoir que les horaires de travail en Australie sont plutôt « à la cool », et il n’est pas rare pour beaucoup d’établissements (ou de campings…) de fermer déjà à 16h ou 17h. Au moins, ça permet aux australiens de profiter de leur fin de journée, me direz-vous !

 

 

Comme on a la bougeotte, on décide de ne pas reprendre le métro et on repart à pied, en remontant tout le fleuve jusqu’au quartier de The Rocks, que l’on a visité lors de notre première journée à Sydney (souvenez-vous).

 

 

On repasse encore une fois par la petite colline de l’observatoire, où on en profite pour tester le retardateur de l’appareil photo et faire des clichés de petits mignons devant le soleil se couchant sur la ville (bah quoi, pour une fois qu’on est bien habillés !).

 

 

Après un dîner tout sauf léger au Ribs And Burger (leur burger au bacon, miam), on se dirige vers les guichets de l’Opéra. La balade de nuit, le long du Circular quay est encore plus belle, avec toutes les lumières sur la ville et sur le Harbour Bridge.

 

 

 

On passe une soirée vraiment chouette devant le spectacleLimbo Unhinged, qui nous en a mis plein les yeux. Au programme : un mélange de show de danse, de cabaret, de cirque… Avec des personnages totalement loufoques et une ambiance envoûtante et rock’n’roll ! On a adoré !

 

3 mars 2018
Après les émotions de la veille, on décide de se la jouer cool, et d’aller se prélasser sur la plage. Car oui, la plage à Sydney n’est jamais loin, et facilement accessible en bus, ou bateau ! En effet, des ferrys partent régulièrement pour se rendre sur les petites îles et ports autour, pour un prix tout mini. On embarque donc pour se rendre à Manly beach, une des plages les plus connues de la côte. 

Et on n’est pas déçus par notre journée : au programme, sable chaud, trempette, et petit glace au soleil. Quand on revient à Sydney en fin de journée, c’est l’effervescence : en effet aujourd’hui, samedi 3 mars c’est la fin (ou le début, on n’a pas tout compris), du festival de Mardi gras, soit l’équivalent de notre Gay Pride européenne. Et ce soir, c’est gros défilé dans la ville, alors ça promet !

Bon, on ne va pas tergiverser. Entre le moment où la parade devait commencer et où nous sommes revenus à Sydney, une force mystérieuse nous a attiré vers un bar et, quelques pintes plus tard, nous sommes tombés dans une faille spatio-temporelle. BREF, on a pas vu la parade (qui était à trois rues de notre bar, haem), mais on a bien mangé, bien bu, et bien rigolé ! 

Sydni, c’est fini

4 mars 2018
Sydney, c’est déjà fini ! Et malgré une légère gueule de bois (heam), on a beaucoup apprécié notre passage dans cette grande ville et on est tristes de la quitter. On a prévu de continuer notre chemin vers le sud, pour s’arrêter à Jervis Bay et faire du snorkeling.
Mais c’était sans compter sur la météo qui fait des siennes : au vu de la pluie démentielle qui tombe, on décide de poursuivre notre route et on roule en direction de Raymond island, notre destination suivante. On s’arrête un peu avant et on passe la soirée dans un freecamp perdu dans la forêt, à quelques kilomètres d’une grande ville (dont je ne suis plus le nom). Qu’on se le dise : sur la côte Est, les free camps sont vraiment pourris (pas d’eau potable, pas d’électricité, des toilettes sèches perdues dans la cambrousse… un régal). 

 

5 mars 2018 
Encore quelques heures de route et nous voilà à Raymond island ! Une toute petite (mais alors petite) île, reliée à la ville par un ferry (la traversée prend 5 minutes à peine). Le principal intérêt de Raymond island ? Voir des koalas en liberté… Par milliers !

Pari réussi : les Globe-Trottoir sont fiers de vous annoncer qu’ils ont battu leur record, avec pas moins de 21 koalas spotted lors de cette sortie. Entre ceux qui dorment, ceux qui mangeant, ceux qui mangent en dormant… Eh ben, c’est dur la vie d’une koala ! #JsuisPasVenuIciPourSouffrir

 

Je termine cet article et vous laisse en compagnie de 21 photos pour chacun des koalas qu’on a vu (non je déconne… Mais je vous en laisse quand même quelques unes, parce que c’est vraiment des boules d’amour pelucheuses, et que ça va égayer votre journée / soirée / nuit). Et je rend le micro à mon acolyte Julien, pour le prochain épisode ! #Drop

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.