On a touché le ciel à Hong-Kong !

Le périple suit son cours avec une nouvelle étape à Hong-Kong. Cette nouvelle étape « chinoise » s’annonce grandiose ! Je mets des guillemets à « chinoise » car le statut de la ville de Hong-Kong est un peu particulier ! Si vous le permettez, voici un petit rappel historique.

Un peu d’histoire

C’est pendant la guerre de l’opium que les anglais s’intéressent à la cité chinoise, son emplacement offrant d’énormes possibilités commerciales pour la grande puissance maritime qu’est alors l’Angleterre. Le traité de Nankin officialise le don éternel de l’île aux anglais. La zone d’influence anglaise s’agrandit pendant la seconde guerre de l’opium puis en 1898 avec la concession offerte pendant 100 ans par la Chine.

Si l’on ajoute 100 à 1898, cela porte à 1998, date à laquelle les anglais devaient rétrocéder les fameux « nouveaux territoires » mais pas Hong-Kong souvenez-vous ! En réalité, les nouveaux territoires faisaient désormais partie intégrante de Hong-Kong et les anglais ont donc décidé de rendre l’ensemble de la cité à la Chine en échange d’une obligation de conserver les règles de l’époque pendant au moins 50 ans soit jusqu’en 2048 environ. Concrètement, Hong-Kong fait donc partie des deux « Régions administratives spéciales de Chine » avec Macao.

Jour 1 : Frontière & premier contact avec Hong-Kong

Encore plus concrètement, et pour vos serviteurs, cela se traduit donc par une épopée lors de notre journée d’arrivée. Il a fallu passer la frontière entre la Chine et Hong-Kong, comme toute frontière terrestre classique. On arrive donc du train à Shenzen où notre camarade Lee est sensé nous retrouver.

Ça sent le plan un peu foireux. Aucun de nous trois n’a de 3G ou de Wifi (rappelez-vous, on est en Chine). Le point de rendez-vous est aussi vague que « Rendez-vous à la cabane » et il y a, comme toujours, 54905920 chinois à côté de nous ! On prend notre mal en patience, arrivons à trouver un chinois qui nous partage sa connexion 3G mais Lee, en tant que Hongkonger n’a pas de data en Chine. Ça ne sert donc à rien ! Il finit après une grosse demie-heure d’attente par nous retrouver et nous pouvons donc démarrer l’arrivée à Hong-Kong.

Concrètement :
– On a pris un métro de Shenzen à une zone frontalière chinoise où nos passeports, bagages et billets de sortie ont été inspecté par des gardes-frontières aussi aimables que leurs protège-miasmes
– On a ensuite traversé des couloirs interminables pour arriver à la frontière de Hong-Kong où nos passeports, bagages etc.. ont été a nouveau vérifié et un coup de tampon adossé (pas de visa nécessaire pour les Français pour des visites courtes ;). Prenez garde à avoir un visa deux entrées chinois si vous repassez par la Chine ensuite !)
– On a repris le métro pendant une heure environ pour enfin arriver à Hong-Kong #joie

Lee nous emmène donc casser la croûte dans une petite cantine à deux pas de notre Airbnb. Il est  16 heures 30 (on est parti assez tôt de Xiamen car le train était assez loin de notre précédent lieu d’habitation) et on allait pas tarder à s’évanouir donc je pense qu’on aurait déjà apprécié une salade de blattes !

On rejoindra par la suite notre appartement ou plutôt le logement de la personne qui fait un commerce de fou de chambres dans un appartement à peine convenable et on repart avec Lee pour avoir un premier aperçu sur cette fin de journée de la ville.

On a passé une super après-midi et on a profité d’un local qui nous a fait découvrir ses coins favoris et a apporté des explications à quelques lieux visités. Il est allé dans des zones incontournables et nous a notamment fait visiter un temple taoïste avant de nous amener plus près de la côte où nous avons pu apprécier la qualité de l’architecture et des gratte-ciels de la ville. C’était assez époustouflant et Lee avait encore un tour dans son sac.

A l’entrée du temple, on trouve un arbre où les offrandes (et les vœux) sont nombreux

Arrivés en soirée, on a pris un ferry (le Starferry) qui permet de traverser la baie pour 0,30€ !! La traversée est assez courte mais magique. On apprécie les lumières venues des gratte-ciels et la proximité assez immédiate avec la quantité de personnes aussi présentes ici.

La vue splendide depuis les docks d’embarquement du starferry

Lee nous amènera ensuite dans un second restau où on ne serait jamais allé de nous-même et situé dans une rue tenue par la Mafia d’après lui. On y trouve par ailleurs un grand nombre de salles de jeu de Mah-jong. Revenons toutefois à l’essentiel et au diner. On s’est littéralement fait péter le bide avec un nombre de plats incalculables et des saveurs assez nouvelles. On a notamment goûté à une omelette aux huîtres, à des gambas à l’ail et aussi à de la Guiness :3 (bon on connait la Guiness, mais ça faisait tellement longtemps que c’était la fête absolue).

En fin de soirée, on retourne à nos pénates repus et enchantés de ce premier contact avec la ville.

Jour 2 : Across the Sky §§

Pour cette deuxième journée et après une nuit reposante, nous suivons les recos de Lee pour nous diriger vers la IFC Tower 2. Auparavant, on prend un petit dej dans une cafet où on mange un sandwich jambon fromage et du CAFE. DU VRAI ! J’étais pas loin de m’évanouir après ça #mercipourcemoment.

Bref, on continue donc vers notre objectif initial et arrivons au pied de la IFC tower où l’hôtesse nous demandera passeport et lieu d’habitation (pour visiter une tour donc…). En revanche, elle ne nous ne demande pas de sous, et ça, on aime. On monte donc en direction du 55e étage pour arriver dans le musée de la monnaie de Hong-Kong. Si le musée est relativement petit (mais très intéressant et ludique), on a vraiment adoré la vue spectaculaire depuis la baie vitrée panoramique du musée. On restera donc au musée pendant 2 heures environ, le temps pour Marghe de vider sa pellicule !

Aussi dense que St-Just-St-Rambert, la place du marché en moins

Une fois dehors, on se dirige un peu plus dans le centre vers un resto réputé comme le meilleur Dim-Sum de Hong-Kong, le Dim-sum Square. Sa réputation le précède car on trouve une longue file d’attente devant le resto. On prend notre mal en patience sous l’orage ! Une fois rentrés, on s’enjaille à nouveau comme des petits farfadets de diverses saveurs de viande et poissons fourrés.

Nous nous dirigeons par la suite à nouveau vers les quais pour retrouver ce qui semblerait être l’équivalent du « Walk of Fame » hollywoodien à Hong-Kong : l' »Avenue of stars » (!). Il s’agit ici des représentations sous forme de statues des grandes stars du cinéma locales (elles sont nées ou vivent ici). Dans les faits, l’avenue est en travaux et a donc été délocalisée à quelques mètres de sa place initiale. On arrive donc dans un petit parc où les statues sont posées. La promenade est sympathique. On ne s’éternisera pas trop longtemps sur place en regardant le 530e mec qui tente de reproduire la pose de Bruce Lee avec désarroi !

Pour avoir une photo décente, il fallait viser le buste de Bruce, ce Lee.

On rentre finalement à l’appart pour se préparer pour ce qui s’annonce être le clou du spectacle de cette journée. la parade du « mid-autumn festival ».

Le Mid-Autumn Festival, gros dragons et foule en délire

Célébré depuis le 7e siècle en Chine et initialement pour le délire personnel des empereurs, le Mid-autumn festival tombe cette année le 4/10 ! Guess What ? On est à Hong-Kong pour faire la bringue et participer aux festivités !
La mid-autumn festival fêtait originellement les récoltes. Maintenant, c’est surtout l’occasion pour les gens de sortir et surtout de s’enjailler sans limite (en tout cas au moins à Hong-Kong) car le lendemain est férié.

Le mid-autumn festival est orienté autour de trois points cruciaux pour être réussi :

  1. Manger plein de mooncakes : la soirée à lieu de lors de la pleine lune, des gâteaux spéciaux sont donc vendus pour l’occasion. On en avait déjà mangé avant donc on a pas réédité l’expérience, leur qualité étant assez variable.
  2. Apprécier les lanternes disposées dans toute la ville. Etant donné que la fête est devenue assez commerciale, les festivités avaient démarrées depuis assez longtemps. On en avait donc déjà pas mal vu à Xiamen et au matin du 4/10 tous les commerçants en avaient disposées sur leurs devantures.
  3. Regarder la danse du dragon enflammée à travers les rues ! Lee nous en avait parlé la veille, on a donc décidé d’aller voir ce spectacle qui s’annonçait prometteur. Des milliers de bâtons d’encens sont en effet posé sur le dos d’un « dragon » soutenu par une dizaine de personnes qui courent dans une rue. Le dragon se déplace en suite jusqu’à un parc voisin où spectacles musicaux et expositions attendent les badauds. On a donc apprécié (d’assez loin) la parade du dragon et on a pu s’imprégner de la culture locale pendant ce spectacle. Il faisait toutefois extrêmement chaud et la foule en délire et compacte ne permettait pas de faire baisser la température.

Admirez l’utilisation redoutable de la perche à Selfie pour dépasser la foule en délire

On s’est par la suite dirigés vers le parc et après une demie-heure passée la bas on est allé au restaurant américain pour profiter de la clim et d’un burger 😮

Jour 3 : Parc et Sit-in urbain

Pour notre dernière demie-journée à Hong-Kong, on avait décidé suite aux recommandations d’ensemble de partir apprécier une nouvelle fois la vue magnifique sur la ville mais cette fois depuis le point de vue dédié à l’exercice : le victoria Peak. Situé (évidemment) en hauteur, cela impliquait qu’il fallait prendre le tram (charmant) et le funiculaire pour arriver jusqu’en haut. En outre, il fallait se soulager d’une quinzaine d’euros (à deux) pour l’aller retour et surtout attendre que l’immense queue (…) se dissipe. Encore traumatisés de notre expérience pour le Gulangyu, on décide de passer pour cette fois. On remarque en quittant la file d’attente l’entrée pour un parc. Il s’agit du « Hong-Kong Parc » tout simplement.

Celui-ci a servi de parc Olympique pendant les JO de Beijing et comporte notamment un parc dédié aux oiseaux tropicaux (gratuit) que l’on s’est empressé de visiter et de mitrailler de photos !

Admirez l’esthète au milieu de son jardin

Le parc est assez grand et nous a permis de passer la matinée à profiter du beau soleil dans un cadre assez magnifique. On a enfin quitté le parc pour chercher un endroit où manger à midi et l’on s’est arrêté au Ding Dim 1968 à quelques encablures de l’appart pour déguster de très bons Dim-Sum sur une table partagée avec deux autres personnes.

En remontant vers l’appart on a toutefois vu des centaines de femmes assises en pleine rue en train de manger, de se curer les ongles de pieds, voir les deux en même temps. Pour rappel, nous étions donc journée fériée et un grand nombre de citoyens ne travaillaient donc pas. Leurs « domestiques », indonésiennes ou des philippines pouvaient donc se réunir entre amies pour profiter d’une journée… sur le macadam donc… On ne juge pas mais on ne peut pas s’empêcher de trouver cette pratique originale 😀

Voila comment les gens passent leurs jours fériés à Hong-Kong !

On a fini par quitter Hong-Kong et repasser les frontières dans l’autre sens, le sentiment d’une visite superbe et heureux de cette escale dans une zone qui n’est pas tout à fait la Chine à bien des niveaux. Circulation à gauche, on utilise encore pas mal de normes anglaises, tout y est traduit, les gens sont bien plus « standardisées » par rapport à ce que l’on connaissait « avant » etc… La présence d’un local (que l’on remercie à nouveau du fond du cœur) avec nous lors de notre arrivée et notre départ nous a vraiment aidé et permis de voir la ville dans toute sa splendeur !

Quelques photos pour vous partager un peu notre séjour :]
 

Quand on dit que c’est la bringue !

Calme & quiétude au Parc de Hong-Kong

Vue un peu bouchée, mais vu somptueuse, même d’en bas !

Partager c'est gagner !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *