A la recherche des temples d’Angkor perdus

Bienvenue à Siem Reap, la ville aux temples


16 décembre 2017

Nous quittons Phnom Penh en ce 16 décembre, comme Julien vous le racontait ici après nous être délestés de 20$ à deux pour le bus. Après quelques (longuuues) heures, nous arrivons à Siem Reap, connue comme étant la ville de départ pour la visite des temples d’Angkor

Encore une fois, on a beaucoup de chance et notre hôtel, le Happy Guesthouse (qu’on vous conseille à fond !) est juste au bout de la rue, nous esquivons donc la horde de chauffeurs de tuktuk venus à notre rencontre à la sortie du bus, et on arrive à notre guesthouse où nous allons passer les 4 prochaines nuits. La journée est bien avancée, nous nous promenons donc gentiment autour du quartier, avant de dîner à l’hôtel (où la nourriture est plutôt bonne et pas chère).

On en profite pour négocier les services d’un tuktuk qui travaille en accord avec notre auberge, afin de visiter les temples sur ces prochains jours. On aurait pu louer un scooter ou un vélo pour faire les tours nous mêmes, mais entre l’épisode médecin à Phnom Penh, et le fait d’être sur la route depuis un moment, on est un peu fatigués, alors on a envie de se laisser porter !

Angkor, un matin


17 décembre 2017

… Mais pas un matin pour rien ! (oui on a préparé cette blague depuis un moment j’avoue). C’est à 5h que Don, notre chauffeur de tuktuk pour les 3 prochains jours, vient nous chercher pour nous emmener à notre premier jour de visite des temples, en commençant par le lever de soleil sur Angkor Wat, le célèbre !

Première étape, on passe acheter nos billets, car oui, la visite des temples d’Angkor a un coût, et pas des moindres : nous prenons un « pass » 3 jours, et nous en avons pour la coquette somme de 62$ chacun (soit 124$ pour deux…oui, ça fait mal) pour avoir l’accès aux temples 3 jours pendant une semaine (les 3 jours n’ont donc pas à être d’affilé, même si pour nous ce sera le cas). 

Ensuite, on file en direction de notre première étape : Angkor Wat. On a hésité à voir le lever de soleil sur ce temple-là précisément, car on craint la foule en délire, mais on se dit que l’expérience doit être assez folle et on décide de la tenter quand même. BON, on va pas se mentir : le lever de soleil sur Angkor Wat en plein début de saison touristique est à déconseiller à toute personne agoraphobe, claustrophobe ou qui éprouve un certain doute quant à l’avenir de la race humaine. OUI, il y a du monde, et OUI, il y en a de partout. Entre les foules de chinois en délire avec leurs trépieds qui vous marchent dessus pour avoir le meilleur angle de vue, et les foules de vendeurs ambulants qui vous harcèlent dès que vous bougez un orteil, ce n’est pas le meilleur lever de soleil que l’on ai fait. Mais alors, est ce que ça vaut vraiment le coup, on est pas venus là pour souffrir ok ? Je vous laisse juger :

Bon, ça vaut donc le coup, le spectacle est assez impressionnant. Mais au fur et à mesure que le soleil se lève, on commence à vraiment avoir des envies de meurtre (si vous voulez en savoir plus, notre sentiment exprimé en musique ici). On fait donc une visite plutôt rapide des lieux (assez gigantesques, on a donc pu se « perdre » un peu dans des recoins où il y avait moins de monde) et on ne repart pas trop tard à notre tuktuk pour la suite !

Et je pense qu’on a bien fait, car on se retrouve au Bayon, un autre lieu très connu, mais il n’y a quasiment personne ! On fait donc notre visite bien tranquillement, et ce n’est qu’au moment de partir que l’on voit les premiers groupes de touristes arriver. Et ça a continué comme ça pendant tout le reste des visites ! 

On passe notamment par le fameux temple de Tomb Raider, le Ta Prohm, où les racines des arbres et la végétation se mêlent aux constructions humaines et c’est assez impressionnant.

Je ne vous fait pas le détail de tous les temples que l’on a fait par la suite, mais il s’agissait du « small tour » et on a déjà pu voir les temples les plus gros et les plus connus. Cela nous a bien pris la matinée, on s’était prévu un petit encas sandwich à savourer entre deux temples, mais en fait on était de retour pour midi, ce qui nous a donc laissé l’après midi tranquille pour flâner et travailler un peu. Tranquillou quoi !

Et ça continue, Angkor et Angkor


18 décembre 2017

La deuxième journée de visite commence sur les chapeaux de roues, mais plus doucement cette fois: on décolle à 8h de l’hôtel pour faire le « big tour« , appelé ainsi à cause de la distance plus importante qui sépare les différents temples visités. Hé oui, les temples d’Angkor, c’est très TRES étendu, y en a de partout !

 Bon, je vous avoue que je n’ai absolument pas retenu le nom de tous les temples que l’on a fait. Mais on en a fait 5 différents, des petits et des grands, certains que l’on pouvait escalader jusqu’au sommet pour profiter de la vue sur la plaine, et d’autres dans lesquels on ne visitait que l’intérieur, d’autres encore étaient sur l’eau…

Autour de certains temples, il y a des petits stands de fruits ou de souvenirs, et on y croise souvent des cambodgiens et leurs enfants, qui jouent à côté et qui font coucou aux touristes qui passent, trop mignons.

On en prend encore une fois plein les yeux, et magie, en partant assez tôt le matin on arrive à trouver les lieux assez déserts, et on peut en profiter pour visiter tranquillement les diverses ruines et caveaux, c’est top ! On avait le choix d’aller voir un temple un peu plus loin, à une 20aine de kilomètres, appelé le « Lady temple », à cause notamment de sa couleur rosée. Mais il fallait rallonger encore de quelques dollars, et on avait encore une journée de visite devant nous, alors on a préféré passer notre tour (trop de temple tue le temple sinon).

En revenant à Siem Reap on demande à notre chauffeur Don de nous déposer dans un centre commercial, pour faire quelques emplettes et notamment s’extasier sur le rayon fromage du supermarché (ça fait longtemps qu’on est en voyage ok). On fait un picnic dans un parc, et on fait une petite balade à pieds dans les alentours pour rentrer, ça nous permet de voir un peu la joyeuse agitation de la ville.

19 décembre 2017

Dernière visite des temples, et sûrement la journée la plus légère ! On visite 4 temples, un peu plus loin et un peu moins touristiques, plutôt sympas et il y a encore moins de monde sur place. Pour fini, on termine la visite d’un temple dans lequel se situent un orphelinat.

On se fait accueillir par un moine, qui nous explique qu’il s’agit en fait d’une école, dans laquelle depuis des années ils recueillent des orphelins de tout horizons, ils leur fournissent le gîte, le couvert et une éducation. Parmi leurs cours, ils ont notamment un apprentissage de l’informatique, et nous visitons les lieux pendant qu’une classe de tout petits (8/9 ans à peu près) est installée derrière de gros ordinateurs dans la « salle informatique ». Ils sont en plein exercice de rédaction et de mise en page sur Word, le moine nous explique qu’ils essaient de les former un maximum aux métiers de l’informatique, qui embauchent plus facilement.

Pour finir, il nous invite sans trop de pression à faire une donation, si on le souhaite, ce que l’on fait évidemment. Julien en profite pour s’initier au nouveau jeu tendance de la cour de récré, qui consiste apparemment à… se lancer une tong à la figure et courir très vite avant d’en prendre une. Bon, on n’a pas tout compris mais ça a fait bien rire les petits que Julien essaie de s’incruster !

Dans la suite de la journée,  on en profite pour se balader un peu dans le quartier et planifier la suite de notre voyage, car demain c’est déjà fini pour le Cambodge, et on prend notre bus assez tôt, direction la frontière Thailandaise !

(Court) bilan de notre semaine cambodgienne

Bon, on ne peut pas parler de bilan à proprement parler car nous n’avons passé qu’une semaine dans le pays, et nous n’avons visité « que » 2 villes, les plus grandes. Niveau budget, difficile de vous donner une idée fiable, sachant que la plus grosse dépense est sans nul doute le ticket d’entrée aux temples d’Angkor (62$ / personne les 3 jours), et que pour tout le reste, le niveau de vie est quand même très bas.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’au Cambodge le dollar est au même titre que le Riels cambodgien la monnaie officielle. Rien d’étonnant donc à ce que vous payiez en dollars dans une supérette, et qu’on vous rende la monnaie en riels… (oui pourquoi faire simple n’est ce pas). A côté de ça, on trouve de la nourriture très bonne à un prix dérisoire (les plats les plus complets sont entre 2 et 3$), la bière est souvent à 0,50$ ! Côté logement et transport, même esprit, même si on n’en a pas pris énormément, on peut jouer un peu de négociation et avoir des prix vraiment raisonnables, semblables à ceux du Vietnam. De notre côté, en lissant les dépenses on en a eu pour 29€ / jour / personne, mais je pense que la moyenne réelle est largement plus basse.

Au début, on ne savait pas trop quoi penser du pays, on avait lu pas mal d’avis négatifs récents et on ne savait pas à quoi s’attendre. Au final, les cambodgiens que nous avons rencontrés étaient adorables et les visites que nous avons fait étaient très intéressantes. On s’est notamment pris une grosse claque lors de notre visite de la prison S21, pour ma part je ne connaissais pas vraiment l’histoire des Khmers rouge, et ça m’a plutôt bouleversé. Même si c’est difficile, ça reste je pense une visite incontournable lors d’un séjour au Cambodge, ça permet de mieux comprendre l’histoire du pays et des habitants (en sortant de là, on avait envie de faire un câlin géant à tout le monde entier). Si vous voulez en savoir un peu plus, je vous invite à lire cet article qui résume assez bien.

A côté de ça, c’est quand même le seul pays où on a essayé de nous voler, et où on a vu des bagarres éclater dans la rue, alors qu’en Asie on retrouve généralement un sentiment global de sécurité et de calme, même dans les rues les plus affolées. En résumé, l’impression reste mitigée, on reste sur notre faim, et je crois que c’est un pays dans lequel il va falloir revenir pour creuser un peu plus, notamment en visitant la partie Sud, plus sauvage ! 

Partager c'est gagner !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *