L’île de Palawan : une semaine entre El Nido, Port Barton et Puerto Princesa

Découverte d’El Nido et l’archipel de Bacuit

4 décembre 2017

Nous quittons notre petit paradis de Bohol en début d’après-midi pour revenir à Cebu City, d’où nous prendrons notre avion pour l’île de Palawan et l’archipel de Bacuit, reconnu pour la beauté de ses paysages. Après un trajet en ferry, et en bus des années 20, nous passons une dernière nuit dans la capitale de l’île de Cebu, où nous restons bien gentils en attendant notre vol le lendemain.

5 décembre 2017
Pour nous rendre de l’île de Cebu à l’île de Palawan, 2 solutions s’offrent à nous :
– soit prendre un vol direct Cebu – El Nido, ville par lequel nous commençons notre itinéraire (mais c’est plus cher)
– soit prendre un vol pour Puerto Princesa, et faire une boucle en remontant en bus jusqu’à El Nido, pour après revenir (moins cher)

Comme nous n’avons qu’une semaine sur place et que nous voulons en profiter un peu, on décide de craquer nos slips et prendre un vol direct jusqu’à El Nido. En fait, c’est cher car c’est un tout petit aéroport, et une seule compagnie (Air Swift) opère ce vol. On arrive à l’aéroport, ça commence bien, on a droit à une petite pochette surprise de la compagnie aérienne qui contient un sandwich, une boisson et un petit dessert ! Quand vient l’heure d’embarquer on comprend qu’on ne doit pas être beaucoup dans le vol : on vient nous chercher directement à notre siège, en nous appelant par notre prénom, et avec un quart d’heure d’avance, du jamais vu !

 

On comprend mieux en embarquant pourquoi on a tant d’égards : ce que nous allons prendre tient plutôt du coucou à hélices que du boeing, il doit y avoir 40 places à tout casser et nous sommes à peine… 15 à l’intérieur ! Quand on découvre la taille de l’engin (titre), nos réactions sont mitigées : 
Julien :
Marghe (qui a le vertige, rappelons-le) :
Ce petit vol se déroule sans trop d’encombre, malgré la main broyée de Julien à quelques reprises, suite à des mouvements un peu trop brusques de l’avion à mon goût. En atterrissant, on descend 2 marches (réellement, l’avion est tellement petit qu’il n’y a même pas besoin d’escalier), et des gens viennent nous accueillir avec un parapluie, car oui, il fait chaud et il y a beaucoup de soleil ! On fait environ 100 mètres à pieds, et on nous emmène dans la « salle de débarquement », qui consiste en une énorme pièce, ouverte, avec des ventilateurs au plafond et une pancarte dans un coin où il est écrit « Pick up your luggages here ». Deux minutes après, on nous emmène nos bagages (limite dans les bras), on passe la porte vitrée, et nous voilà déjà en dehors de l’aéroport, ce délire ! (officiellement élu meilleur aéroport jamais)

On prend un tuk tuk jusqu’à notre hôtel, situé en plein centre de El Nido, pas très loin de la mer (on ne vous le conseillera pas spécialement, notre séjour ayant été ponctué par la visite de Jean Michel cafard, coucou). On passe notre fin de journée à se baigner, à explorer les environs, et à réserver notre tour de island hopping (= tour en bateau, alternant plages et snorkeling) pour le lendemain.

6 décembre 2017

Frais et dispo, on est à 8h30 au port pour attendre notre bateau qui ne nous embarquera qu’à… 9h30 (en Asie, la ponctualité c’est toujours abstrait). On est 7 personnes à bord, notre guide est un petit philippin très sympa, qui s’appelle Mike et qui enchaîne les petites blagues. Il y a 4 tours de disponibles à El Nido pour le island hopping (les tours A,B,C et D), comme on aime bien faire les choses autrement on a choisi un combiné des tours A et C, pour quelques pesos philippins de plus.

Au programme de la journée : des arrêts snorkeling avec des paysages sous marins magnifiques, pleins de poissons et de coraux, des arrêts sur des plages de sable blanc, et des arrêts dans les « lagoons » (secret lagoon, big lagoon et small lagoon… ya de quoi faire). Ce sont en faite des petites criques cachées par les roches, abritant des petites plages. Bon, autant dire qu’on n’est pas franchement seuls sur la plupart des lieux, mais les spots sont tout de même magnifiques !

Le midi, on déjeune sur le bateau, la crew nous a préparé du poisson frais, et on enchaîne sur une deuxième session de snorkeling, où on a notamment vu des poissons clown (coucou Nemo !) et des poissons pierre. L’après midi, après s’être arrêtés sur une petite plage, on enchaîne sur notre tour des « lagoons ». 
Pour rentrer dans une des criques, il faut passer par un trou dans la falaise, qui à marée haute n’est pas accessible. Il y a un peu de courant, on essaie de marche en tongs pour ne pas se faire mal sur les coraux, on se fait un peu porter à gauche, à droite par les vagues mais on fini par accéder à l’ouverture creusée dans la roche, on s’y glisse et on reste assez bouche bée devant le spectacle, vraiment magnifique (malheureusement, pour des raisons d’étanchéité nous n’avons pas de photos de l’endroit, je vous laisse avec une photo de l’entrée 🙂

Une seconde fois, on se retrouve vers une crique accessible par une entrée plus ou moins étroite dans la falaise, mais à ce moment là le courant est vraiment fort, les falaises assez abruptes, nous sommes donc plusieurs à passer notre chemin. Julien, comme un vrai thugh et accompagné d’un belge très sympa qu’on a rencontré sur le bateau, décide de braver la mer agitée et de s’y rendre. La crique n’a rien à envier à la première, mais la copine belge et moi-même sommes assez contentes de ne pas s’être risquées à l’atelier escalade, vu que nos chers et tendres reviennent tous deux avec quelques blessures de guerre, dont une grosse balafre sur un mollet pour la team Belgique.

On revient en fin de journée, bien contents de notre journée, et on passera la soirée à écouter de la musique live au Art Café, un bar assez connu à El Nido. Il y a pas mal de gens à El Nido, qui est un spot plus touristique que Cebu, mais ça fait plaisir de voir un peu d’animation !

7 décembre 2017

On décide de partir à la recherche d’une plage plus isolée, car celle d’El Nido est assez bruyante (c’est le lieu où embarquent / débarquent tous les bateaux de tourisme). On repère une plage un peu cachée sur Maps.me, mais on n’a pas envie de prendre un scooter, surtout moi après l’épisode cascadeur à Lombok. Je me mets donc en tête de nous négocier un tuktuk, qui n’a pas l’air méga chaud à l’idée de nous poser à cette fameuse plage, mais qui nous propose de nous emmener à une autre plage, pas très loin. Bon, soit, on arrive à avoir un prix assez bas, on y va. On finit par se retrouver dans le village à côté d’El Nido, où il y a certes une plage, mais c’est marée basse et il faudrait marcher environ 15 minutes pour se retrouver avec de l’eau à mi mollet !

 

En plus, il fait bien chaud, le soleil est haut dans le ciel, il n’y a pas un brin d’ombre. Un couple d’anglais de passage nous conseille une plage cool, mais c’est à 30 min de marche de là, et on n’a pas vraiment envie de se taper toute cette marche sous le soleil de plomb… On décide donc de tenter de rejoindre notre plage cachée à pied, alors spoiler alert : on ne l’a jamais trouvée !

On a eu beau suivre les indications et les chemins sur Maps.me, on a fini par abandonner après nous être rendus à l’évidence : cette plage n’est probablement accessible qu’en bateau, en faisant le tour des falaises. Soit, on a vu qu’il y a une autre partie de la plage à El Nido, après le port qui est indiquée sur le gps, on se met donc en tête de retourner dans le village, ça nous fait une petite balade d’une bonne demi heure ! On en profite pour voir un peu la façon de vivre des philippins, et l’étalement d’icônes religieuses présente un peu partout, jusque dans les panneaux sur la route. 
On finit par arriver, en passant par diverses petites ruelles assaillies par les habitants qui travaillent et qui vendent de la nourriture dans les petits stands, pour se rendre compte que… fifrelette, il n’y a pas de plage ici non plus, ce n’est que le port, avec pleins de bateaux en train d’être construits et retapés. Pas terrible donc pour la baignade !
On finit par se résigner, on va retourner à notre plage à 5min de l’hôtel. Pour se consoler, on va déjeuner dans un petit restaurant italien qui propose des pâtes fraîches à volonté (on arrive presque à la fin du service, mais on a encore 30 min pour se faire resservir, tout va bien !). On en profite pour faire le plein, et on passe le reste de la journée sans trop de difficultés, en alternant baignade, lecture et sieste au bord de la plage. En fin de journée, on passe acheter nos billets de bus pour la suite, et on fait un petit arrêt chez le médecin du village, car j’ai chopé une infection suite à des piqûres de moustique… Bref, ça me gratte à m’en arracher les bras, et je suis bonne pour une semaine d’antibios.

En rentrant à l’hôtel, on s’arrête quelques minutes regarder un match de basket, qui anime les foules (le basket est le sport national aux Philippines), et on retourne manger dans un petit restaurant découvert la veille, qui propose des currys et des plats de nouilles très bons, et vraiment pas cher (la Maas Cantine). 

Tranquillité et farniente à Port Barton

8 décembre 2017

Après une matinée passée à bosser et à préparer la suite du périple, on prend la route à 13h pour nous rendre à Port Barton, petit village situé environ à mi chemin entre El Nido et Puerto Princesa. Port Barton a réussi à garder encore son côté authentique, moins assailli par les touristes et les infrastructures modernes, et pour preuve : il n’y a de l’électricité qu’entre 19h et 9h ! C’est donc l’endroit idéal pour se poser un peu au calme, loin de l’effervescence d’El Nido.

Après environ 4h de mini van, nous arrivons à Port Barton, où nous nous délestons de 100 PP d' »environnemental fees », qui font office de taxe d’entrée dans la zone. Coup de bol, notre hôtel est à 2 rues, on s’y rend donc à pied et on découvre avec pas mal de joie notre petit bungalow pour les 3 prochains jours.

Le personnel est adorable, et nous sommes (encore une fois) à 5min à pied de la plage, où nous allons admirer le coucher de soleil avant d’aller se poser dans un petit bar, pour profiter de la bière locale et du wifi (plutôt fébrile il faut dire !).

9 décembre 2017

La journée se passe sans trop de violences, entre baignade, sieste sur la plage, promenade pour trouver un restaurant et rebaignade. On goûtera notamment aux délicieux pancakes du restaurant en bord de plage, une briquette mais ça valait le coup !

 

Le soir, on booke notre dernière excursion d’island hopping, pour un prix à peu près divisé par deux par rapport à El Nido (600 PP au lieu de 1 500PP), et on se décide à tester un massage du dos et des épaules, prestation fournie dans notre hôtel ! On paie 400 PP pour 1h, ce qui est vraiment donné (l’équivalent de 6 €), et on en profite pour se détendre un peu ! C’est dur la vie !
10 décembre 2017
On décolle encore une fois à 8h de l’hôtel, pour rejoindre notre petit groupe pour la journée. Le port est beaucoup moins grand et moins affolé, nous devons être 5-6 bateaux à prendre la mer ce matin là. On est 10 sur le bateau, que des couples ! Avec nous, il y a notamment un couple de français très sympas, un couple de philippins habitant à Manille, et 2 couples de tchèques. 

Le guide est moins bavard qu’à El Nido, mais la journée se passe très bien, on découvre des endroits magnifiques, il y a beaucoup moins de touristes qu’à El Nido. Au programme : du snorkeling en veux-tu en voilà, notamment pour voir des tortues, des stops sur des plages de folie, séparées par un petit banc de sable où on s’arrêtera pour manger, encore des plages et un petit îlot de sable au beau milieu de nulle part où on découvrira des étoiles de mer grosses comme nos têtes !

 

Starfish Island El Nido
Bref, Port Barton c’est tout aussi magnifique que El Nido, si ce n’est plus, et on prend plein les yeux. On s’arrêtera même durant l’après midi pour faire une balade en kayak, sur un lagoon entouré de pics karstiques nous faisant penser à la Baie d’Halong. On a réussi à ne pas avoir une fracture de la rétine après toutes ces belles choses, mais ce n’était pas gagné !
Le soir, on dîne en compagnie du couple de français rencontrés sur le bateau, au bord de la plage. On profite de nos dernières San Miguel, et on va se coucher d’un sommeil de plomb, bien grisés par cette journée (et la bière).
11 décembre 2017
Port Barton, c’est déjà fini, nous revoilà dans notre mini van pour 3h de route jusqu’à Puerto Princesa, où nous allons passer la nuit avant de reprendre un avion (ou plutôt 3 avions) pour nous rendre à notre prochaine destination et 5e pays : le Cambodge ! On prévoit une nuit dans l’aéroport, alors on en profite pour dormir un peu le matin avant de prendre la route dans l’après midi. 
Pour fêter notre dernière soirée aux Philippines (et aussi parce que notre hôtel est dans un endroit complètement paumé où il n’y a pas un seul restau) on prend un tuktuk pour se rendre dans le centre ville, assez animé, et on dîne dans un immense restaurant archi blindé de locaux et de touristes, tous en train de déguster une demi douzaine de plats différents. Pour notre part on reste assez sages (histoire de boucler notre budget :0), et on se contentera d’un simple plat de nouilles et d’un pichet de bière (bah quoi, on prend des forces). En tout cas, on a eu un petit aperçu de Puerto Princesa, et nul doute que c’est bien animé et bien plus moderne que Port Barton !

Bilan de nos 15 jours aux Philippines 

La mer turquoise, le sable blanc, les fonds marins remplis de merveilles… Nul doute, les Philippines c’est les paysages de carte postale ! On a adoré notre (court) séjour dans les deux îles de Cebu et Palawan, on aurait aimé rester longtemps pour découvrir d’autres îles et d’autres paysages, peut être plutôt côté rizières et montagne cette fois.

 

La culture et la façon de vivre des Philippins nous ont assez surpris. Clairement, les Philippines c’est le plus espagnol des pays d’Asie ! On a été bluffés par la ferveur religieuse de ce pays, où on retrouve des églises et des versets de la Bible de partout, même inscrits sur les voitures tuktuk.

Après 3 mois à voir des bouddhas et des stupas, ça nous a fait un petit rafraîchissement. On sent énormément la culture américaine importée ici ; il y a des centres commerciaux gigantesques de partout ! Globalement, on a été assez surpris par l’écart de vie entre les petits villages en bord de plage et les centres des plus grandes villes, où on a pu voir des énormes demeures coloniales, faisant face à des maisonnettes construites en tôle !

  • Ce qu’on a adoré : le snorkeling, l’eau transparente à 30°, les paysages de fou et la gentillesse des habitants…
  • Ce qu’on a un peu moins aimé : il manque peut être un peu d’histoire et de patrimoine culturel, il n’y a pas de musée ou de grosse culture propre aux Philippines, c’est un pays très influencé par les cultures américaines et espagnoles (ouais, c’était pour trouver un truc à dire quoi)
Le niveau de vie est quand même un peu plus élevé par rapport aux autres pays d’Asie. Notamment à cause de notre vol jusqu’à El Nido qui nous a coûté assez cher (105€ chacun), nous finissons nos 15 jours aux Philippines avec un budget de 1028€ à deux, soit 34€ / jour / personne. 

Niveau nourriture, il y a quelques spécialités assez sympathiques, notamment un plat que j’ai beaucoup apprécié et qui s’appelle le Sizzling pork sisig. Traditionnellement fait à base de différentes parties du porc (on veut pas savoir lesquelles), revenues dans l’huile (ça apporte un côté « crispy ») et mélangées avec des oignons, du chili et du jus de « calamansi » (le calamondin en français, un agrume assez fort en goût). Le tout est servi avec du riz, dans un plat qui est toujours en train de cuire quand on l’apporte.

Sinon, globalement aux Philippines vous trouvez un peu de tout, des restaurants européens à tous les prix, on en a donc un peu profité pour déguster quelques plats de pâtes et des charcuteries pas vraiment très locales. Mention spéciale à LA bière, vendue partout et qui est plutôt bonne, la San Miguel.

Bref, les Philippines, on aime ou on aime, et nous on a beaucoup aimé !

 

Les Globe-Trottoir aux PhilippinesOn vous laisse avec une petite photo BG, #nofilter, xoxo

Partager c'est gagner !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *